Comment adresser des reproches à son prochain ?

mai 28th, 2015

Si on voit son ami commettre une faute, c’est une Mitsva de le ramener dans le droit chemin. (Le Tanya précise que le mot «ami» signifie celui qui est ton égal dans le domaine de l’étude juive et de la crainte de D.ieu, celui qui n’a pas connu des épreuves trop grandes, que D.ieu nous en préserve).

Si l’ami réagit mal aux reproches, il faudra les répéter aussi souvent que nécessaire, jusqu’à ce que ce soit accepté ou que, au contraire, l’amitié risque de s’achever par une brouille.

Si les reproches risquent d’attirer presque obligatoirement la haine et l’envie de vengeance que D.ieu préserve – il sera interdit de les adresser.

Si vraiment l’autre personne est «un ami», il est obligatoire de lui faire connaître son opinion. Par mesure d’«Ahavat Israël», l’amour du prochain, il est nécessaire de faire connaître à son ami la Hala’ha, ce que préconise la loi juive, afin d’éviter de futures transgressions.

Cependant, que ce soit dans le domaine social (entre le Juif et son prochain), ou dans le domaine religieux (entre le Juif et D.ieu, la pratique religieuse) les reproches ne doivent être formulés qu’en privé, de façon calme et courtoise, sans élever le ton. Il doit être évident par la façon dont on parle qu’on n’agit ainsi que pour le bien de l’autre et non pour l’humilier. On sera particulièrement attentif à ne pas blesser par des paroles dures une veuve ou un orphelin, même s’ils sont riches.

(d’après Rav Yossef Kolodny – N’shei Chabad Newsletter n°7104)

Vous devriez aussi aimer

Laissez votre commentaire