Qui doit donner la Tsedaka (charité) ?

juin 12th, 2015

Tous doivent donner la Tsedaka ; même un pauvre qui ne vit que grâce à la charité doit donner la Tsedaka. Même celui qui ne possède pas d’argent ne doit pas renvoyer le pauvre sans rien lui donner : un fruit ou une petite pièce… Cependant, cela ne doit pas amener une situation où le pauvre se mettra en colère.

Il est préférable de donner convenablement à un pauvre plutôt que de donner un peu à plusieurs et ainsi de ne satisfaire personne.

Il vaut mieux, pour le pauvre, profiter de la Tsedaka (charité) donnée avec le sourire plutôt que de la Tsedaka (charité) donnée avec un visage renfrogné.

Voici les priorités en ce qui concerne la Tsedaka (charité) : on donne en priorité

– à ses proches : parents, enfants, frères et sœurs,

– aux pauvres de sa ville,

– aux pauvres de la Terre sainte d’Israël,

– à ceux qui ont besoin de manger plutôt qu’à ceux qui ont besoin d’argent par exemple pour s’habiller, se chausser, se loger etc.,

– à une femme plutôt qu’à un homme, à une orpheline qui va se marier plutôt qu’à un orphelin qui va se marier.

Celui qui a promis de donner une certaine somme à la Tsedaka (charité) devra la remettre le plus tôt possible.

 

(D’après Hamitsvaïm Kehala’ha)

 

Vous devriez aussi aimer

Laissez votre commentaire

No announcement available or all announcement expired.